Business

Chaque lundi, recevez gratuitement par email, des infos business, utiles et pratiques, pour entreprendre et travailler aux Etats-Unis et dans le monde. Inscrivez-vous ici.


Cette rubrique vous est présentée par:

  • On le redoutait…

    Mais il existe d'autres solutions

    On le redoutait dans la Silicon Valley. C’est fait, depuis le 11 juillet : l’administration Trump a officiellement annoncé que la mesure qui aurait permis aux entrepreneurs étrangers de rester aux États-Unis le temps du lancement et du développement de leur start-up a été suspendue.
  • J’ai tout triplé

    Et ça suffit pas

    Vous songez peut être à exporter vos produits vers les États-Unis. La taille du marché, les réseaux de distribution à l’échelle d’un continent, la consommation, la croissance… c’est alléchant. Mais vous êtes-vous posé la question de la taille du conditionnement de vos produits ?
  • Quand on reçoit un courrier très spécial

    On en prend soin

    Chaque jour nous recevons des dizaines de messages. Emails, facebook, Instagram, textos, vocaux,... Nous essayons de vous répondre à chaque fois, même quand c’est pour nous demander comment devenir riche aux États-Unis, le plus vite possible et avec très peu d’investissement !
  • Savoir vendre aux Etats-Unis

    Le savoir faire le plus américain

    Les américains peuvent être redoutables en affaires. Ici, le sens du commerce s’enseigne dès l’école primaire. En mathématiques, les enfants sont souvent confrontés à des exercices de calcul de vente, de marge, de rabais, avec des résultats en dollars. Les “sales people” redoublent d’initiatives pour vous accrocher et vous vendre leurs produits.
  • Avez-vous le profil de l’expat ?

    Aventurier et cosmopolitain

    Selon l'étude Expat Insider, il est difficile pour un étranger d’espérer faire carrière en Norvège, ou dans les pays nordiques en général. Le froid ne réussit pas toujours aux Français
  • Bezos va finir par racheter l’Australie

    L'ogre Amazon

    59 % des requêtes des internautes sur les produits sont faites chez Amazon, contre 20 % chez Google. Avec ses 300 millions de références, Amazon est ainsi devenu le « Google des produits ».
  • Quel psy business êtes-vous ?

    Psychanalyste ou comportementaliste

    Comment choisir ? L’approche de Facebook est plus psychanalytique. Il cherche à savoir qui vous êtes. Donc, utiliser Facebook Ads, c’est profiter de leur puissance de ciblage. La méthode de Google est davantage comportementaliste, et cherche à savoir ce que vous faites.
  • L’arroseur arrosé

    Macron lance #MOPGA

    Le French District, depuis sa naissance (en 2008), a toujours défendu les valeurs du développement durable. Car la croissance c’est super, mais, jusqu'à preuve du contraire, on va être obligé de vivre ensemble, sur la même planète. Et il nous semble que les accords de Paris vont dans ce (bon) sens.
  • Aux US, la poste distribue le courrier, quoi qu’il arrive

    Aux US, la poste distribue le courrier, quoi qu'il arrive

    On vit où cette année ? Une revue de presse... Aux Etats-Unis, il est possible de se faire livrer de la nourriture par Facebook. Des lycéens apprennent à débusquer les « fake news ». Vidéo de la tournée d’un facteur dans quartier carbonisé en Californie. Travailler en free-lance à l’étranger. En s’expatriant, on peut déshériter ses enfants. Etudier à l’étranger, toujours tendance.
  • Vous signez ou pas ?

    Toujours un débat mais déjà une économie

    La weed, nouvel El Dorado pour les start-ups américaines ?
  • Papa comment on fait une entreprise ?

    En faisant des enfants

    Aux États-unis les enfants naissent avec le statut d’entrepreneur... alors qu’en France il faut faire une demande pour devenir auto-entrepreneur. Cependant, un mineur peut-il vraiment créer une entreprise aux États-unis ? Réponse de notre expert-comptable partenaire, Serge Massat.
  • Avez-vous le bon passeport ?

    La puissance de votre nationalité

    Un passeport “puissant” est un passeport qui vous ouvre les portes d’un grand nombre de pays, sans avoir à demander de visa, et qui parfois vous permettra même d’obtenir de la part de l’officier, un sourire et un petit mot…
  • Le Paradis fiscal américain

    Ma société ne paie pas d'IS

    0% d’impôt sur les sociétés. Guess what ? C’est le cas aux Etats-Unis, notamment dans le cas d’une LLC (sorte de SARL qui parle anglais). Plus besoin de transférer son bénéfice dans un paradis fiscal, vous y êtes peut-être déjà (aux US donc). Bien sûr, vos bénéfices se retrouveront dans votre poche en passant par la case Impôt sur le Revenu. Et guess what bis ? Si vous êtes en Floride par exemple, il n’y a pas d’impôt (floridien) sur le revenu.
  • Mark connait très bien ses amis

    Et vous êtes sûrement l'un d'entre eux

    On va peut être enfoncer une porte ouverte, mais, comme le disaient Les Guignols, lorsque vous regardez la télé, “vous regardez l’ancêtre d’Internet”. Pour les films… NetFlix, Amazon, Youtube… Pour les actualités, vos smartphones sont remplis d’applis d’infos, et pour les annonceurs ou autres diffuseurs de messages de tout bord, il y a Facebook (donc aussi Instagram qui est devenu Facebook).
  • Les pays paresseux

    Votre prochaine expatriation ?

    Des chercheurs de Stanford ont classé une quarantaine de pays selon le taux d’activité de leurs habitants, évalué en nombre de pas effectués par jour. L’Espagnol marche plus que l'Américain du Nord, mais moins que le Japonais et à peine plus que le Suisse.
  • Qui va lire cet email ?

    Google, vous, les deux ?

    D’ici la fin de l'année, Google va arrêter de lire nos emails (personnels). Bon, vous ne saviez peut être pas que Google analysait le contenu de vos emails privés (GMAIL)... Le but étant bien sûr, de mieux vous connaitre pour vous présenter des publicités plus ciblées, et non pas de vous espionner…
  • On vous croit !

    Enfin, aux Etats-Unis

    Lorsque j’ai voulu créer ma première entreprise en France, il y a plusieurs années, j’ai dû m’y prendre à plusieurs fois, rectifier des statuts suite aux remarques de “la greffière” qui me regardait parfois avec l’œil du soupçon, j’ai longuement patienté dans la file d’attente, au soleil (à Marseille il fait toujours beau !). Cela a pris plusieurs jours et au final, l’employée du greffe est devenue une copine. Cette expérience m’a laissé un peu confus sur le regard que pouvait porter l’administration sur ma démarche de devenir entrepreneur.
  • Une maison, un visa

    Un marché qui explose

    Les États-Unis sont immenses, mais ce sont toujours les grandes villes qui attirent le plus et qui créent le plus d’emploi. Et l’immobilier de ces villes géantes est cher, voire exorbitant. Cela pose un problème aux employeurs américains, qui cherchent donc de nouvelles solutions pour offrir des possibilités de logement à coût contrôlés pour leurs équipes. Les maisons modulaires deviennent la réponse de plus en plus fréquente.
  • L’histoire sans fin

    Une histoire qui ne finit jamais (bien)

    Exemple de complexité : lorsque le débat est fort, les ventes d’armes sont au plus haut. Car, par peur de se voir refuser une arme demain ou avant une éventuelle régulation contraignante, ceux qui pensaient un jour acheter une arme, le font rapidement.
  • J’ai épousé une entreprise américaine

    Et je suis heureux en ménage

    En France, depuis 2008, on peut devenir auto-entrepreneur. Bien. Cela permet de simplifier la vie de nombreuses personnes qui se lancent dans une activité en free-lance ou qui créent un petit commerce (artisanal souvent) « on the side ». (re)Bien. Mais lisez – ou plutôt parcourez – le FAQ du portail officiel de l’Auto-entrepreneur (ça fait peur).
  • Une Licorne Président ?

    C'est une startup !

    Il a fait ses classes dans les meilleures écoles, son stage de fin de cycle à l’Élysée. Puis il a été incubé par un gouvernement et a pu tester ses idées et son projet dans un ministère des finances. Le produit semblant prometteur, il a lancé sa marque, il y a un an. Sa startup, En Marche, a trouvé son public, n’est pas encore introduite en bourse, elle a tout d’une licorne.
  • J’ai une copine américaine à la maison

    Elle me parle en anglais toute la journée

    Une des barrières à l’entrée du marché américain pour un entrepreneur français peut être la maîtrise de la langue anglaise (et on ne vous parle pas de l’espagnol…). Les meilleurs moyens d’apprendre une langue, on le sait, sont l’immersion en terres anglophones ou la vie avec un colocataire qui ne parle pas un mot de français. L’immersion c’est pour plus tard, mais, pour tout de suite, on vous a trouvé le colocataire idéal, qui ne pipe pas un mot de français et qui tient sur un coin de table.
  • Pitcher comme il faut

    Écouter le Maître

    Elevator Pitch, présentation, interview ou discours de témoin pour le mariage de votre cousine, et si vous aviez le talent d’orateur de Kevin Spacey ou la plume aiguisée d’Aaron Sorkin ? Les écoliers américains apprennent dès leur plus jeune âge à devenir des leaders. Pas forcément des leaders pour diriger le monde (même si…), mais plus pour “manager”, “coordonner”, “piloter” et donc, s’adresser à un public, en réunion, sur une scène ou en entretien.
  • Paul dans le monde

    Je voyage pour travailler (l'inverse aussi)

    Les raisons de s’expatrier sont très personnelles et nombreuses. Certains souhaitent “fuir” la France, d’autres recherchent une nouvelle expérience, d’autres encore veulent développer leur entreprise sur de nouveaux marchés. Il y a également des étudiants pour étudier, des chercheurs pour chercher et des entrepreneurs pour entreprendre. Mais tous ont un point commun : ils espèrent y trouver des opportunités, pour leur présent et pour leur avenir.

Cette rubrique vous est présentée par: