« La curation de contenu » avec Scoop.it

Mots Clés :

curation de contenu, Scoop.it
« La curation de contenu » avec Scoop.it

Une interview de Guillaume Decugis, Co-fondateur et Directeur Général de Scoop.it.

Diplômé de l’Ecole Polytechnique, des Pont-et-Chaussées et  possédant d’un Msc de l’Université de Stanford, Guillaume Decugis a commencé sa carrière chez Sagem Mobile Division avant de monter sa première start-up Musiwave qui sera rachetée par Microsoft en 2007. C’est alors qu’il décide de se lancer, avec Marc Rougier, dans un second projet entrepreneurial,  Scoop.it.

En quoi consiste Scoop.it ?

Scoop.it est une plateforme que nous avons lancée il y a 4 ans et demi. Cette entreprise aide les professionnels et les « marketers » à développer leur visibilité en ligne avec des contenus ciblés.

Le constat que nous avions fait avant la création de notre entreprise était le suivant : afin d’avoir une visibilité sur le web il est nécessaire de publier des contenus qui intéressent l’audience que nous voulons toucher. Or, cela n’est pas évident à faire d’autant plus que ce n’est pas le métier de beaucoup de professionnels – écrire, publier, diffuser des contenus…

De plus, les « marketers » achètent de la pub, s’occupent des campagnes de communication. Ce ne sont pas des professionnels qui créent des contenus.

Nous avons donc eu l’idée de créer des plateformes logicielles qui puissent les aider à gagner en visibilité.

Nous avons démarré avec une première idée celle de la curation de contenu – idée de proposer aux professionnels et aux « marketers » des contenus que d’autres ont écrit sur des blogs ou des média. Ils pourront ainsi être repartagés sur leurs propres réseaux sociaux, dans leurs newsletters avec la liberté de les transformer et/ou de les commenter.

En faisant ce travail ils résolvent un problème auquel ils ont longtemps été confrontés : ils n’ont pas de contenus et Scoop.it leur permet de trouver du contenu qu’ils peuvent diffuser et annoter afin de construire une audience, montrer leur expertise.

Selon vous, à quelle type de clientèle s’adresse Scoop.it ?

Le service de curation de Scoop.it est utilisé par environ 2,5 millions de professionnels qui ont besoin de communiquer et qui n’ont pas beaucoup de temps à consacrer à ce travail.

Notre service les aide à devenir plus visibles avec ces contenus, à mettre en avant leur savoir-faire dans un domaine donné.

Depuis 2 ans, nous avons développé une offre B2B pour les entreprises – PME de 20 à 1000 personnes. Nous aidons le département marketing de ces PME à faire du « content marketing » soit de la publication, de la création, de la diffusion de contenu.
Nous possédons un logiciel qui les aide à faire tout ce cycle de planification, de diffusion de contenu avec des outils d’Analytics pour qu’ils comprennent ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas.

Qu’est-ce qui vous a poussé à venir vous implanter aux Etats-Unis ?

Mes associés et moi-même travaillions à l’origine sur un projet complètement différent qui n’a pas fonctionné. Nous étions alors à la recherche d’une autre idée et nous avons décidé d’aller dans la Silicon Valley voir si nous trouvions de l’inspiration.

C’est alors que nous avons constaté que les utilisateurs de réseaux sociaux, les bloggeurs avaient du mal à développer une audience. Il y avait ici un vrai problème à résoudre.

Nous savions que les « influenceurs », les partenaires se trouvaient , pour beaucoup, aux Etats-Unis et c’est pour cela que nous avons décidé de nous installer à San Francisco.

Avez-vous un conseil à donner aux personnes qui souhaitent s’installer aux Etats-Unis ?

Je suis entrepreneur depuis 15 ans et ma première boîte, Musiwave, n’était pas du tout aux Etats-Unis. Cette dernière a été un succès et s’est faite rachetée par le géant Microsoft. Il n’est donc pas obligatoire d’être aux Etats-Unis pour réussir.

A mon avis, il faut se demander si on a absolument besoin d’être aux Etats-Unis car si le jeu en vaut parfois la chandelle, je pense que cela renforce souvent la difficulté. Réussir aux Etats-Unis n’est pas plus facile – au contraire – mais c’est souvent réussir à plus grande échelle.

Les levées de fonds ont-elles été difficiles à obtenir ?

Nous avons levé presque 13 millions de dollars mais il faut garder à l’esprit que lever des fonds est toujours difficile. Nous avons cependant eu de la chance parce que nous avions déjà vendu une boîte précédemment donc créé des plus-values pour nos investisseurs.
Nous avons ainsi pu retravailler avec eux de façon assez naturelle.

Combien d’employés la société comporte-t-elle ?

Pour le moment nous sommes encore petits avec 18 collaborateurs.

Pour information, nous embauchons en marketing, ventes, customer success à San Francisco.

Qu’est-ce qui vous plaît aux Etats-Unis (loisirs, mode de vie, culutre…) ?

Nous avons une ouverture sur le monde qui est fantastique ici, avec, notamment, la possibilité de côtoyer des gens du monde entier.
A San Francisco, nous sommes dans une ville, un Etat, un pays d’immigration. Par conséquent, il y a beaucoup de gens qui ne viennent pas d’Europe, mais d’Asie et d’Amérique latine ce qui nous donne une ouverture d’esprit incroyable.

Si vous rencontriez le Président des Etats-Unis que lui diriez-vous ?

Je lui dirais d’encourager les Américains à voyager, pour qu’ils puissent s’ouvrir au monde, sur le modèle de ville comme San Francisco.

Pour obtenir plus d’informations, rendez-vous surScoop.it

All Content by French District is licensed under a
Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 Unported License.
© 2017 French District. All Rights Reserved, tous droits réservés.