Conseils sur les visas d’une spécialiste de l’immigration

Mots Clés :

MichelleWu
Conseils sur les visas d’une spécialiste de l’immigration

Un conseil de Maître Michelle Wu, avocate spécialisée en droit de l’immigration située  à New York conseillant des clients du monde entier.

Avocate spécialisée en droit de l’immigration au sein du cabinet  Bailey Duquette P.C à New York, je peux vous conseiller dans vos demandes de visa américains, de résidence permanente et de citoyenneté.

Mes compétences en tant qu’avocate en droit de l’immigration

Je suis avocate en droit de l’immigration depuis plus de 10 ans, spécialisée dans les visas américains.
Je traite notamment des dossiers de :

  • Visa L-1 : Lorsque par exemple une société française transfère un employé dans une société parent, affiliée ou une filiale située aux Etats-Unis ;
  • Visa H-1B : Lorsqu’une société américaine souhaite embaucher un salarié étranger afin qu’il travaille aux Etats-Unis ;
  • Visa O-1 : Pour les personnes aux compétences extraordinaires (les professionnels, les athlètes, les artistes) qui peuvent alors venir travailler aux Etats-Unis ;
  • Visa E-2 : Pour les personnes souhaitant investir dans une société américaine et y travailler.

Un visa avec quota : le visa H-1B

Cet article vous est présenté par...
Les visa H-1B sont soumis à un quota annuel et, depuis 3 ans, ils sont atteints dans la première semaine suivant l’ouverture des inscriptions. C’est pourquoi une loterie a été mise en place pour les dossiers de H-1B. Tous les ans, les personnes intéressées peuvent remplir les dossiers de H-1B à partir du 1er avril. C’est pourquoi les dossiers doivent être préparés lors de la fin de l’année précédente ou en début d’année pour que votre dossier soit envoyé avant le 1er avril et ait le plus de chances d’être accepté – s’il y a une loterie. S’il est accepté et ensuite approuvé, l’employé peut commencer à travailler sous visa H-1B à partir du 1er octobre de la même année.

Des visas sans quota : les visas L-1, E-2, O-1

Il n’y a aucun quota annuel concernant les visas L-1 mais ce visa nécessite que les 2 sociétés étrangère et américaine, soient impliquées dans une « qualifying relationship ». L’employé étranger doit aussi remplir des critères spéciaux, notamment d’ancienneté, pour obtenir le visa.

Le visa E-2 n’est soumis à aucun quota non plus. Il faut juste savoir qu’en vue d’investir dans une société et de travailler aux Etats-Unis avec un visa E-2, il faut avant tout se renseigner pour savoir où enregistrer son entreprise, quel montant investir, pour quelle structure de société opter, comment signer son bail commercial ; dans le cas où une personne possède la double nationalité, cela peut se compliquer si l’un des 2 passeports n’est pas issu d’un pays éligible au visa E-2.

Il n’y a pas de quota concernant les visas O-1. Cependant, la personne étrangère doit avoir un degré de compétences plus élevé qu’une personne appliquant pour un visa H-1B. Les employeurs qui souhaitent employer un individu sous visa O-1 devraient alors s’y prendre des mois à l’avance.

Le graal : la Carte Verte

Pour terminer, si une personne souhaite s’installer et travailler aux Etats-Unis à long terme, elle devrait considérer la Green Card qui offre la résidence permanente. Bien que la plupart des personnes appliquent pour la Carte Verte une fois sur le territoire américain avec un visa de travail, il est possible de faire la demande de Carte Verte en même temps qu’un visa de travail, ou même faire uniquement la demande de Green Card.

Le processus pour obtenir la Carte Verte est long et peut s’étaler sur plusieurs années ; il est alors judicieux de s’entourer d’un professionnel.

All Content by French District is licensed under a
Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 Unported License.
© 2017 French District. All Rights Reserved, tous droits réservés.
  • Jérômine

    Merci pour cet article éclairé par des conseils de pro. Cela m’aide à y voir plus clair.