Quand le Peachstate se lit et se raconte…

Terre de luttes raciales et de contrastes géographiques, la Georgie offre un terrain d’inspiration à de nombreux auteurs. Epopée brûlante et passionnée, récit impitoyable sur le racisme ou autobiographie nostalgique au cœur des maisons victoriennes et des champs de cotons, l’Etat se prête à tous les styles de récits et à tous les témoignages. Quelques extraits de la littérature consacrés au Peachstate.

Le grand classique : « Autant en emporte le vent » de Margaret Mitchell (1936 et Prix Pulitzer 1937).

La vie de la passionaria Scarlett dans les plantations familiales de coton entre Sudistes et Yankees durant la Guerre de Sécession. Un témoignage de la misère et de la famine endurées en Géorgie à cette époque mais aussi un portrait attachant de plusieurs personnages, dont la belle Scarlett, se battant avec fougue et courage pour garder ses terres.

Visitez la Maison de Margaret Mitchell.

Gone with the Wind reste à ce jour l’un des romans les plus lus dans le monde.

Gone with Wind en anglais sur Amazon
Autant en emporte le vent en français sur Amazon

« Un Homme, un vrai » de Tom Wolfe (1998)

Un pavé de presque 1000 pages qui oppose Croker, un promoteur immobilier puissant, à Fareek Fanon, footballeur noir célèbre jeté en prison pour le viol d’une blanche, dans une Atlanta confrontée à la violence, au racisme et à la corruption de l’Amérique des années 90. Un troisième homme, un avocat noir nommé White, défendra Fanon avec l’aide de Croker. Un récit à la fois impitoyable, drôle et profond.

Un Homme, un vrai en anglais sur Amazon
Un Homme, un vrai  en français sur Amazon

« La couleur pourpre » d’Alice Walker (Prix Pulitzer 1983)

En Géorgie, au début du siècle dernier, la vie misérable de Célie, à qui on a pris ses deux enfants nés d’une relation incestueuse. Sa sœur Nettie réussit quant à elle à s’enfuir pour échapper à son sort et à l’ inceste. Célie est simple, sans culture ni érudition, mais elle écrit de façon touchante son quotidien avec résignation. Nettie, instruite, part en Afrique et devient missionnaire. Une histoire d’amour fraternel de deux femmes noires opprimées dans l’Amérique sudiste.

La couleur pourpre en anglais sur Amazon
La couleur pourpre en français sur Amazon

« Them » de Nathan Mc Call (2007)

C’est l’histoire de Barlowe Reed, un Afro-Américain vivant près d’Auburn Avenue à Atlanta, non loin de la maison natale de Martin Luther King et qui se lie d’amitié avec un couple blanc Sean et Sandy, propriétaires de la maison voisine. Ce livre retrace les affrontements et les problèmes créés par « l’intégration inverse ». Entre la lutte raciale et la « gentrification », voici l’histoire d’une belle amitié…

Them en Anglais sur Amazon

« La Georgienne » de Anne Rivers Siddons 1989

Tout porte à croire que Shepp et sa cousine Lucy, enfants nés dans les riches quartiers d’Atlanta et élevés dans la tradition bourgeoise sudiste, suivront la voie qui leur est toute tracée. Pourtant, l’exubérante Lucy ne sera jamais la Lady rêvée par sa mère; de son coté Shepp, trop timide, refuse aussi de devenir un Gentleman aux manières parfaites. Tous les deux traverseront les périodes troublées de la seconde guerre mondiale avec un esprit rebelle et affranchi des traditions sudistes de l’époque. Un récit à la fois tendre et rempli d’humour.

La Georgienne en Français sur livre en poche

« Emblems of Conduct » de Donald Windham (1996)

Ce livre rassemble des mémoires de jeunesse durant la dépression d’Atlanta. Il évoque avec nostalgie le temps où la famille de l’auteur vivait dans la grande demeure victorienne de ses grands parents sur Peachtree Street. Un jour pourtant, son père s’en va et sa mère se dévoue seule pour élever sa famille. Des moments délicieux et touchants sur l’enfance et ses souvenirs.

Emblems of Conduct en Anglais sur Amazon

« Leaving Atlanta » de Tayari Jones (2002)

De 1979 à 1982, des enfants noirs disparaissent puis sont assassinés. Leurs cadavres sont retrouvés dans la campagne. Trois enfants de la même classe et d’ horizons différents,Tasha,Rodney et Octavie se racontent avec innocence et maturité, cette tragédie survenue dans la communauté afro américaine. Un perception différente de ces horribles meurtres, à travers des yeux d’ enfants, remplis de terreur et d’émotion. Un beau témoignage sur le passage de l’enfance à l’âge adulte.

Leaving Atlanta en Anglais sur Amazon

« The Temple bombing » de Mélissa Fay Green (1996)

Ce livre relate un moment symbolique dans l’histoire d’Atlanta : L’explosion de la plus ancienne synagogue de la ville en 1958, qui avait échappé jusque là aux attaques secouant d’autres villes du sud à cette époque agitée. Un récit qui suggère une réflexion sur l’antisémitisme et sur les injustices raciales dans le sud des Etats-Unis.

The Temple bombing en Anglais sur Amazon

« Where Peachtree meets Sweet Auburn » de Gary Pomerantz (1997)

Une rue, deux mondes : C’est une intersection symbolique, entre Peachtree street, la rue résidentielle et commerçante de l’élite blanche avec Sweet Auburn Avenue quartier noir. Le livre évoque cinq générations de deux familles: les Allens, riches propriétaires d’esclaves et les Dobbses, descendants d’esclaves. Il porte sur les relations entre les Blancs et les Noirs d’Atlanta qui dépendent les uns des autres. Enfin, cette saga familiale se déroule pendant les profondes transformations de la ville d’Atlanta et du sud de la Géorgie.

Where Peachtree meets Sweet Auburn en anglais sur Amazon

Un grand livre commence longtemps avant le livre.

Laisser un commentaire