Le Morgan Library and Museum

Pierpont-Morgans-Library-French-District-Featured

Une véritable banque d’art sur Madison Avenue

Musée, bibliothèque, site historique, salle de musique, espace culturel, Morgan Library and museum est tout à la fois. Le célèbre banquier et multimillionnaire John Morgan a passé une bonne partie de sa vie à collectionner des documents, des artefacts uniques en leur genre, des peintures et des livres, plus de 350 000 au total, jusqu’à sa mort en 1913, et ses collections sont reconnues comme étant “splendides, belles et rares” (London Times). Le monde de la banque peut réserver de jolies surprises.

[French District] - Cet article a été diffusé dans la newsletter du French District.
Abonnez-vous gratuitement pour être parmi les premiers à lire nos nouveaux articles.

Un brin d’histoire

La bibliothèque de Morgan a été achevée en 1906 pour 1,2 million de dollars (équivalent à 24,80 millions de dollars actuels). Le Wall Street Journal a rapporté à l’époque que Morgan avait « voulu la structure la plus parfaite que des mains humaines puissent ériger et était prêt à payer ce qu’il en coûtait ».
Morgan a continué à collecter des documents pour sa bibliothèque privée jusqu’à sa mort en mars 1913. En 1914, la collection a été exposée dans son intégralité au Metropolitan Museum of Art, la seule fois où toute la collection a été exposée. La succession de Morgan était évaluée à 128 millions de dollars (environ 2,338 milliards de dollars actuels). Son fils Jack, le successeur, a vendu divers articles de la collection pour payer les droits de succession et collecter des fonds pour les legs en espèces dans le testament de son père.
Jadis demeurée privée, J.P. Morgan, Jr., a ouvert la collection au public comme cadeau et mémorial à son père (décédé 11 ans plus tôt). La bibliothèque a été transformée en un établissement d’enseignement public et une institution de recherche pour la communauté universitaire. Le lieu s’est depuis concentré sur l’acquisition et la conservation de documents et de petits objets qui représentent certaines des plus grandes réalisations de la culture humaine.

Un bâtiment classé monument historique

La bibliothèque Morgan, construite entre 1902 et 1906 en tant que palais de style Renaissance, était à l’origine sa bibliothèque privée. Il a été conçu par McKim, Mead & White, la société qui a également élaboré une grande partie du campus de l’Université de Columbia et le Brooklyn Museum. Construit en marbre rose du Tennessee, il combine les caractéristiques architecturales de la Renaissance italienne et des palais urbains. L’intérieur richement coloré et ornementé possède une opulence majestueuse. Depuis son ouverture au public en 1924, la bibliothèque a grandi pour occuper un demi-pâté de maisons, y compris le brownstone adjacent, qui appartenait au fils de Morgan, J.P. Morgan, Jr. et comptait 45 chambres. En 2006, l’architecte italien Renzo Piano a terminé des rénovations et des ajouts qui ont apporté un nouvel auditorium, de nouvelles galeries et une nouvelle salle de lecture avec des installations électroniques dernier cri.

Une librairie-musée unique en son genre

  • La librairie-musée abrite des pièces rares, voire uniques au monde :l’un des 23 exemplaires de la Déclaration d’indépendance originale
  • la partition manuscrite de Mozart de la Symphonie Haffner ;
  • les œuvres rassemblées du poète afro-américain Phillis Wheatley ;
  • le seul manuscrit existant du Paradis perdu de Milton ;
  • le manuscrit de A Christmas Carol de Charles Dickens :
  • une importante collection de sceaux mésopotamiens
  • un article manuscrit d’Albert Einstein décrivant comment il a développé sa théorie de la relativité générale.

Mais ce n’est pas tout.

Le plafond de la bibliothèque contient des signes du zodiaque qui sont disposés d’une manière personnellement significative pour Morgan :

  • Le Bélier et les Gémeaux au-dessus de l’entrée correspondent à sa date de naissance et à son second mariage. Ceux-ci seraient considérés comme ses deux étoiles chanceuses.
  • Directement en face, le Verseau, le signe sous lequel sa première femme et véritable amour de sa vie était décédée. Puis, la Balance, le signe qui lui a été attribué lorsqu’il a rejoint le très secret Zodiac Club.
  • La plus célèbre parmi tous les bibliothécaires de Morgan était Belle da Costa Greene (1879-1950) que Morgan a embauché en 1905 pour gérer sa collection de livres rares et de manuscrits. Plus tard, elle est devenue la première directrice du musée, une position de pouvoir rare pour une femme à cette époque. Plus surprenant encore, Greene a caché son identité raciale qui l’a classée comme “de couleur” sur son acte de naissance. Elle avait changé de nom pour revendiquer une fausse ascendance portugaise pour expliquer sa peau plus foncée.