Le visa de travail qui gagne à être connu

Le visa E-2 Investisseur, ce visa de travail qui permet à un étranger d’investir et créer une entreprise aux États-Unis, vous connaissez déjà. Mais saviez-vous que ce visa à un petit frère, le visa E-2 Employé, qui permet à un détenteur d’un visa E-2 Investisseur de recruter sous certaines conditions une personne de son pays d’origine pour l’aider dans son entreprise ? Moins connu que le visa E-2 Investisseur, ce visa dispose pourtant de nombreux avantages et il est relativement facile de l’obtenir. On vous dresse son portrait.

Le visa E-2 Employé, ce qu’il faut savoir

Le fondement de ce visa est simple : Les détenteurs d’un visa E-2 Investisseur ont besoin de personnes pour les aider dans le développement de leur activité ou de leur entreprise américaine. Cette personne sera alors titulaire d’un visa E-2 Employé Manager (Visa E2 managerial employee) ou un visa E-2 Employé essentiel (Visa E2 essential employee).

Il faut bien comprendre qu’il n’y a visa E-2 Employé que s’il existe un visa E-2 Investisseur à la base.

Il est à noter aussi qu’une personne qui va avoir un poste à responsabilité mais qui n’a pas investi dans la société peut faire directement une demande pour un visa E-2 managerial employee auprès d’une ambassade américaine en dehors des États-Unis.

Lire aussi : Le Visa E-2, ou le visa investisseur

Les conditions d’obtention du visa E-2 Employé

La procédure du visa E-2 Employé essentiel est assez lourde, il est recommandé d’avoir recours à un avocat d’immigration pour maximiser ses chances d’obtention.

Pour prétendre à l’obtention d’un visa E-2 Employé, il faut :

  1. Être de même nationalité que la personne qui détient le visa E-2 Investisseur
  2. Pour le visa E-2 Employé Manager : Être embauché pour un poste de cadre (c’est à dire un poste à responsabilités) et avoir de l’expérience professionnelle dans un poste à responsabilité.
  3. Pour le visa E-2 Employé Essentiel :  Être embauché pour un poste de cadre (c’est à dire un poste à responsabilités) et que vous avez des “compétences particulières” (même si l’administration américaine ne donne pas de définition de ce terme, on comprend que vous devez être pointu dans un domaine particulier). C’est à vous de jouer !

Les délais

Méthode et patience, voilà ce dont vous aurez besoin pendant la procédure d’obtention de votre visa. Car, il faut le dire, le visa E-2 Employé demande la constitution d’un dossier plutôt lourd, étant lié au visa E-2 investisseur de départ. Comptez généralement 3 mois comme un délai minimum, qui peut doubler pendant l’été, si la demande se fait auprès de USCIS ou 4 à 6 semaines si la demande se fait directement à l’ambassade américaine du pays de nationalité de la société.. Heureusement, une fois le rendez-vous à l’ambassade effectué, vous recevrez votre visa sous 1 semaine.

Lire aussi : Travailler aux Etats-Unis

Le visa E-2 Employé, combien ça coûte ?

On pourrait penser que le prix d’un visa E-2 employé essentiel est forfaitaire, mais il n’en est rien. Il varie sensiblement selon que vous optez pour l’aide d’un avocat et que vous prenez la voie rapide (premium processing).

Frais fixes

Frais variables (et optionnels)

  • Avocat : à partir de 3 000 $
  • Premium processing : 1 410 $

Lire aussi : Pourquoi faire appel à un avocat d’immigration aux Etats-Unis ?

Avantages et inconvénients du visa E-2 Employé

Avantages du visa E-2 Employé

  1. Pour la vie ? Le visa E2 Employé est renouvelable indéfiniment, comme son grand frère le visa E-2 Investisseur
  2. Toute la famille avec ! L’avantage du visa E-2 Employé est que votre famille vous suit aux Etats-Unis. Votre conjoint peut bénéficier d’un permis de travail auprès de n’importe quel employeur (contrairement à vous)
  3. Pas de quota : Il n’existe aucune limite au nombre de visas E-2 Employé accordés par an.

Lire aussi :  Le renouvellement du visa E-2 Investisseur 

Inconvénients du visa E-2 Employé

  1. Jamais sans ma mère : Votre visa E2 Employé est intimement lié au visa E-2 Investisseur qui vous a sponsorisé. Ainsi, vous ne pouvez pas travailler pour un autre employeur et si vous démissionnez, vous perdrez votre visa.
  2. À sa santé ! Si l’entreprise qui sponsorise votre visa va mal et ferme, vous perdrez alors votre visa.

Lire aussi : La carte verte, ou l’Amérique en version longue

Laisser un commentaire