Entre marécages, alligators et plantations du pays Cajun

A priori, si on vous invite au pays des vampires, des marécages et des crocos, vous n’allez pas être très motivés… Et pourtant, on parle de la Louisiane, cet état si singulier des Etats-Unis, de par son héritage culturel, sa cuisine Cajun épicée, sa nature luxuriante et ses fameux bayous plein d’alligators qui ont inspiré tant de paysages de films cultes. Alors venez, on vous emmène pour une virée fantastique dans les bayous de Louisiane.

Le bayou, c’est quoi ?

Le terme “bayou” désigne le vaste ensemble de 12 000 mètres carrés de marécages du pays Cajun, au sud-est de la Louisiane. Venant de “bayuk”, le terme des Indiens Choctaw pour désigner les rivières stagnantes et les criques, il a fini par se confondre avec la vaste étendue marécageuse du sud de la Louisiane.

Pour les nuls en géographie, il en faut pas les confondre avec les Everglades, ces marécages dans la mangrove du sud floridien.

Bayou, fais moi peur !

Les bayous s’étendent sur des centaines d’hectares de jungle mystérieuse, de bras d’eau du fleuve Mississippi qui se ramifient à l’infini, et de végétation aquatique faite de cyprès chauves géants, de palétuviers et de mousse espagnole. Car en effet, ce sont les 2 seuls arbres à être capable de survivre perpétuellement inondés, dans les eaux saumâtres des bayous. À la tombée de la nuit, le paysage devient fantomatique et on vous garantit quelques frissons…

À l’intérieur de ce vrai labyrinthe, des milliers d’espèces d’oiseaux ont élu domicile, notamment le héron, le balbuzard, le cormoran, le canard ramier et le fameux aigle d’Amérique, le symbole de la nation. On croise aussi des marcassins, des ragondins et des opossums.

bayou-louisianne-mississippi-marecages-alligators-plantations-alligators2Mais la star incontestée du bayou, c’est bien sûr l’alligator. À la différence de son cousin le crocodile qui vit en Afrique, en Asie et en Australie, l’alligator lui se retrouve aux Etats-Unis, en Floride et en Louisiane principalement.

Menacé d’extinction dans les années 1920, puis officiellement protégé par l’état de Louisiane, on dénombre désormais environ 2 millions de bestioles dans les bayous, pour 4 millions d’habitants ! La chasse elle aussi est strictement réglementée, tout comme la collecte d’oeufs. Les fermes doivent en effet reverser une partie de leur collecte dans le bayou sous peine de lourdes sanctions.

On peut observer beaucoup d’alligators dans le Lake Martin, parmi les lentilles d’eaux qui les camouflent. Ce superbe lac, qui était autrefois un reste du cours du Mississippi, est difficile d’accès, mais il mérite un détour tant l’expérience est exceptionnelle.

On recommande la plus grande prudence, même avec des guides locaux, lorsque vous apercevez un alligator qui semble sommeiller ou qui se fait rôtir au soleil… La bête ne dort que d’un oeil, surtout si vous cassez la croûte pas loin !

Les plus beaux bayous en bateau

Que ce soit en airboat traditionnel, en bateau bien au chaud (ou plutôt au frais)  ou en kayak pour les plus téméraires, la visite des bayous est un immanquable, encore plus si vous avez la possibilité de l’effectuer au coucher du soleil.

La Barataria Preserve

bayou-louisianne-mississippi-marecages-alligators-plantations-barataria-preserveÀ 30 km de La Nouvelle-Orléans, cette réserve naturelle constituée de 9300 hectares de marais, de cyprès chauves recouverts de mousse espagnole est d’abord connue car Jean Lafitte, un flibustier célèbre qui a donné son nom au plus vaste ensemble, le Jean Lafitte Historical Park and Preserve.

Par voie d’eau, la balade est très instructive pour les amateurs de faune de et flore typique de la Louisiane : plus de 200 espèces d’oiseaux dont de nombreux rapaces, des serpents d’eaux et bien sûr des alligators (la baignade est donc interdite !). On peut aussi découvrir des paysages étonnants en empruntant les différents sentiers qui proposent au total plus de 15 km de randonnée. Là encore la faune peut surprendre avec les anolis (lézard verts qui changent de couleur pour se cacher) et les grosses araignées.

Atchafalaya Basin

Des marécages à perte de vue entrecoupés de forêts de cyprès et de saules aquatiques. Le bassin est le refuge de centaines d’espèces de poissons, visibles si vous faites la visite dans un bateau à fond plat. Au détour d’un bras d’eau, vous croiserez aussi des cabanes de pêcheurs plus ou moins en bon état, car oui oui, il y a de la vie humaine dans le bayou…

bayou-louisianne-mississippi-marecages-alligators-plantations-atchafalaya-basin

La visite des plantations

Un aperçu de la Louisiane n’est complet qu’avec la visite de quelques plantations. Dressées pour la plupart le long de la Great River Road, elles font la fierté du pays par leur originalité, leur ancienneté ou encore leur beauté.

Plantation Destrehan

bayou-louisianne-mississippi-marecages-alligators-plantations-plantation-destrehanC’est la plus ancienne de l’Etat, construite en 1787 par Robin de Longy. La belle bâtisse comporte 8 colonnes et, initialement de style colonial français, elle a ensuite fait l’objet d’une rénovation de style Renaissance.

Les chênes de la propriété, ont tous environ 200 ans ; pour votre culture générale, les chênes de cette espèce poussent pendant 200 ans, puis stagnent pendant la même période, pour “mourir” pendant les 200 suivantes.

Comptez environ 45 minutes pour la visite de la plantation. Attention, évitez de vous garer sur le bas-côté devant la propriété (la route est étroite et pas mal fréquentée par les camions), mais utilisez plutôt le parking situé sur le côté.

Pour voir l’offre spéciale de CEETIZ pour visiter cette plantation, c’est ici.

Notre conseil : Pour une visite guidée des plantations, regardez les offres de notre partenaire CEETIZ et profitez de la Louisiane moins cher !

Plantation Oak Alley

bayou-louisianne-mississippi-marecages-alligators-plantations-plantation-oak-alleyTout a commencé lorsqu’en 1700 environ, un côlon français a construit une petite maison avec une allée bordée de chênes, 28 exactement, aux abords du Mississippi. Après plusieurs propriétaires successifs plutôt négligents, la maison fut laissée à l’abandon pendant plusieurs années, avant d’être repris en main au début du 20ème siècle par la famille Stewart et de devenir un site historique national.

L’intérieur est magnifiquement décoré avec du mobilier d’époque et les murs font 40 cm d’épaisseur, pour lutter contre la chaleur étouffante.

Comptez 40 min environ pour la visite, mais si vous tombez amoureux, vous pouvez aussi louer un cottage pour y passer la nuit.

Photo by Jp Valery on Unsplash; pxhere.com/fr/photo/1348911

Laisser un commentaire