Quelques jours à La Nouvelle-Orléans

Quelques jours à La Nouvelle-Orléans

Mots Clés :

jazz, louisiane, mississippi, monument, musee, nouvelle-orléans, un week-end à, visite, voyage
Quelques jours à La Nouvelle-Orléans

48 heures dans une Louisiane envoûtante.

A quelques heures de Miami, la beauté mélancolique de La Nouvelle-Orléans vous attend. Sa particularité ? N’appartenir à aucun style et pourtant se les être tous appropriés : les rues du French Quarter, les spécialités créoles, le Jazz américain, l’architecture espagnole… Voici un condensé de ce qui vous attend à La Nouvelle-Orléans, « The Big Easy », où la vie se savoure lentement.

Suivez le cours du Mississippi… et de l’histoire des Etats-Unis

La Nouvelle-Orléans n’a été fondée qu’en 1718, sur un territoire découvert dans les années 1690. Elle a été nommée en l’honneur de Philippe, duc d’Orléans, le Régent du Royaume à cette époque où Louis XV était encore mineur. La « ville croissant » a été dessinée en forme mi arrondie autour d’un bout du mystique fleuve Mississippi, et les autres rues qui la complètent ont aussitôt été organisées selon une méthode quadrillée.

La Nouvelle-Orléans a rapidement évolué pour devenir le centre économique de la Louisiane, où l’on parlait français, et qui représentait la liberté et la nouveauté. Elle est ensuite passée entre les mains des Espagnols, jusqu’en 1800, développant son port et accueillant de nombreux réfugiés. Véritable lieu de mélange, la ville accueillaient les cultures africaines, européennes, caribéennes et des colonies qui s’y rejoignaient et y apportaient leurs particularités.

Napoléon Ier vend ensuite l’état aux Etats-Unis en 1803, mais la culture française reste présente sur les terres de Louisiane jusqu’à la Guerre de Sécession, avant que la langue française soit complètement bannie en 1921. La culture française est revenue dans la région vers les années 1970, et elle reste aujourd’hui un fondement essentiel de l’identité de La Nouvelle-Orléans.

Joie de vivre et vivre la joie

La Nouvelle-Orléans serait la ville qui organiserait le plus de festivals au monde. Parmi eux, on retient bien entendu Mardi Gras, qui maintient la ville en éveil pendant 6 semaines. Directement arrivé de France, ce festival est fortement lié à La Nouvelle-Orléans : arrivés en 1665 sur le rives du Mississippi, l’explorateur français Iberville et sa troupe ont baptisé le lieu « Point du Mardi Gras » en référence au jour de leur arrivée : le 3 mars.

escapade-la-nouvelle-orleans-visite-01

Depuis, Mardi Gras a lieu tous les ans, 47 jours avant Pâques, soit n’importe quel mardi entre le 3 février et le 9 mars. Le Roi Rex a sélectionné en 1872 les couleurs officielles du Carnaval, aussi verrez-vous tous les ans du vert (couleur de la foi), du violet (couleur de la justice) et de l’or (couleur du pouvoir) aux coins de chaque rue. Le thème du carnaval change tous les ans, et ce sont des milliers de chars qui défilent devant des milliers de spectateurs.

L’une des particularités de ce carnaval réside également dans ses « Krewes », des petits clubs secrets apparus dans les années 1855 et qui représentent toujours aujourd’hui différents groupes qui animent le Festival. L’un des plus connus reste Zulu, apparu au XXème siècle, qui prenait la forme d’un homme Noir qui se moquait de Rex. Zulu demeure l’une des parades les plus importantes, et a lieu le matin même du Mardi Gras.

Lien officiel :

MardiGrasNewOrleans.com

Les incontournables de passage à La Nouvelle-Orléans

Le Quartier Français ou Vieux Carré

escapade-la-nouvelle-orleans-visite--vieux-carré

Centre historique de la ville, le Carré possède le même agencement depuis 1721. Malgré son nom plutôt éloquent, le Quartier Français allie différentes architectures, pour un mix de style français, espagnols, créoles et américains. Pour une meilleure appréciation de l’architecture de la ville, visitez la Gallier House, qui caractérise bien la fusion de tous ces genres.

Les puristes pourront aussi s’arrêter à Preservation Hall, une belle salle de concert de Jazz, qui ne paye pas de mine, mais a accueilli les plus grands noms du Jazz de La Nouvelle-Orléans : Sweet Emma Barrett, Billie and De De Pierce, George Lewis… Des groupes jazzy s’y produisent encore, et le Preservation Hall Jazz Band participe à la propagation de l’amour du jazz partout dans le monde.

Le Vieux Carré est également réputé pour Bourbon Street, qui doit son nom à la Maison Bourbon française, et qui s’éveille tous les soirs et déborde bars, restaurants et clubs. Vous y verrez aussi Jackson Square, une place d’armes et sa statue équestre d’Andrew Jackson, futur Président des Etats-Unis. La Cathédrale St Louis mérite le détour ; plus ancienne cathédrale encore en activité des Etats-Unis, elle a été érigée la même année que la fondation de la ville, en 1718.

Le Vieux Carré regorge en général de galeries d’art, de restaurants de tous les genres, de magasins, de bars gays, de boîtes de nuit, de clubs de musique… Si vous êtes en manque de calme après tant d’agitation, vous pouvez aller vous ressourcer sur Moon Walk, une promenade le long du fleuve Mississippi qui offre une vue majestueuse sur le cours d’eau dans la belle lumière du petit matin.

Visite bien vivante des Royaumes des Disparus

Vous l’aurez remarqué, La Nouvelle-Orléans est particulière ; les autochtones dansent aux enterrements et célèbrent les morts, aussi les cimetières sont-ils une attraction à ne pas manquer. Construite sur des marécages, La Nouvelle-Orléans ne se prête pas aux tombes creusées dans la terre, donc vous verrez peu de petites croix pour cacher des poussières.

C’est pourquoi les tombes sont sorties de terre, et affichent aujourd’hui des mausolées alignés en petites allées, dans des cimetières qui constituent de véritables petites « villes des morts ». Le St. Louis Cemetery est l’un des plus connus, puisqu’il accueille notamment la reine du vaudou, Marie Laveau – vous ne serez pas le seul à faire un petit pèlerinage sur sa tombe pour la supplier de réaliser vos vœux, en témoignent les nombreux « x » qui marquent sa tombe, témoignant de sa puissance.

Les nombreux cimetières de la ville sont d’ailleurs souvent ouverts aux tours guidés (plus d’infos :

NewOrleansOnline.com

Plongée au cœur du Vieux Sud

La Louisiane d’avant la Guerre de Sécession a laissé une trace indélébile dans le paysage de l’état : les plantations de canne à sucre avaient poussé comme des champignons et restent encore aujourd’hui une preuve de la vie quotidienne des plantations à cette époque.

Il est possible d’en visiter quelques unes, qui sont pour la plupart érigées le long de la Great River Road, le long du fleuve Mississippi. Parmi les plus impressionnantes, il y a notamment Oak Alley, admirée pour la superbe allée de chênes qui souligne son entrée, Nottoway, qui éblouit de la blancheur de ses murs, Destrehan Plantation, la doyenne de plantations, Houmas House, dont les jardins sont un véritable ravissement ou encore Laura Plantation, l’une des rares plantations créoles encore debout.

Le boire et le manger

La Nouvelle-Orléans est réputée pour ses spécialités créoles, épicées et bien servies, qui s’inspirent des traditions culinaires françaises, espagnoles, africaines mais aussi caribéennes, avec un soupçon de cuisines italienne, allemande et des Indiens d’Amérique – ou comment la cuisine vous fait voyager…

escapade-la-nouvelle-orleans-visite-gumbo

La cuisine typique de La Nouvelle-Orléans se sert à l’étouffée, avec une bonne sauce créole liée par un roux à la française, qui inonde un plat de riz. C’est notamment le cas du « gumbo », cette soupe typique qui mêle volaille, viande ou coquillages et de l’oignon, du céleri, du poivron vert et surtout le gombo, une espèce de plante tropicale originaire d’Afrique. Si vous préférez des plats plus solides, la « jambalaya » est la version paella de la soupe gumbo, avec du bon riz comme base.

Les appétits légers peuvent se rabattre sur les « muffletas », la variante italienne des « po-boys » français, des petits sandwiches fourrés de crevettes, huîtres et autres, les beignets qui se dégustent très bien accompagnés d’un petit café au lait, ou encore des « crawfish », les écrevisses, emblèmes de l’état de Louisiane, qui se déclinent sous toutes les formes.

Réputée pour ses cocktails, La Nouvelle-Orléans aurait été l’une des premières villes américaines à concocter le Sazerac, l’un des plus vieux cocktails, à base de Cognac et de bitter, dans un verre préalablement éclaboussé de pastis. Joueuse, la ville est aussi connue pour son cocktail Hurricane, une boisson sanguine à base de rhum et de fruit de la passion, son Creole Bloody Mary, version épicée du cocktail original, le Ramos Gin Fizz, laiteux et citronné, ou encore l’Absinthe Frappe, qui a des allures de mojito, avec un splash à la Nouvelle-Orléanaise.

Pause culturelle insolite

La Nouvelle-Orléans possède plusieurs musées assez hors du commun, comme :
– Le Southern Food and Beverage Museum, qui explore l’histoire des états du sud grâce à leurs recettes et leurs plats typiques ;
– Le Mardi Gras World, qui permet aux touristes de découvrir les coulisses de la préparation des défilés de Mardi Gras ;
– Le Pharmacy Museum, logé dans l’apothicairerie du tout premier pharmacien aux Etats-Unis et dissèque l’histoire de la pharmacie ;
– L’Insectariumqui s’intéresse donc tout particulièrement aux microscopiques êtres qui peuplent notre quotidien ;
– Le National War II Museum qui s’intéresse au rôle des Etats-Unis dans la Seconde Guerre Mondiale et à ses acteurs américains.

Photos

Carte

All Content by French District is licensed under a
Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 Unported License.
© 2017 French District. All Rights Reserved, tous droits réservés.
  • Nicole Emanuel

    Vous avez oublie que Louis Amstrong the fameux joueur de trompette et chanteur of blues est ne et tres celebre a la Nouvelle Orleans!