Solaires, sans artifice, gaies et véritables

[French District] - Cet article a été diffusé dans la newsletter du French District.
Abonnez-vous gratuitement pour être parmi les premiers à lire nos nouveaux articles.

Qui êtes-vous et quelle est votre activité ?

Co-fondatrice et dirigeante des Galeries Bartoux.

Pouvez-vous retracer les grandes lignes de votre parcours dans le milieu de l’art ?

Depuis 1993, nous avons la chance de promouvoir les plus grands talents contemporains du milieu artistique. Tout a commencé en octobre 1993 lors d’une balade dans la ville normande de Honfleur, berceau des arts impressionnistes. Ce fut un véritable coup de cœur pour mon époux Robert et son frère Jean-Guy Bartoux. Eux-mêmes fils d’un éditeur d’art, ils sont passionnés depuis l’enfance et m’ont transmis leur amour pour la peinture et la sculpture. Nous n’avions pas les moyens d’ouvrir une galerie d’art à Paris, nous avons eu l’occasion dans cette petite ville de Honfleur. Notre objectif était, et l’est toujours, de démocratiser ce milieu très élitiste à l’époque, presque terrifiant pour un jeune artiste ou un collectionneur qui s’ignore.

Nous avons fait en sorte que monsieur et madame tout le monde puissent s’offrir une œuvre d’art via un système de paiement en 60 fois sans frais. Nous avons choisi une sélection d’artistes peu connus mais brillants qui se sont rapidement fait un nom sur la scène artistique. Depuis 1993 nous fonctionnons avec les mêmes codes : nos portes sont toujours ouvertes, nos galeries sont lumineuses et nos collaborateurs sont là pour vous conseiller et vous conforter dans vos choix quand les galeries plus traditionnelles sont des endroits froids, portes fermées et peuvent être impressionnantes. Nos galeries sont, je l’espère, à notre image… solaires, sans artifice, gaies et véritables !

Nous laissons la place à l’émotion… comme dans nos vies ! Voilà 27 ans que cela dure pour mon plus grand bonheur.

Pourquoi cette passion pour votre métier ?

Parce qu’il n’y a pas plus beau métier que de procurer des émotions. Avoir la chance ultime d’être au contact des artistes est fascinant… et parce que l’art est partie intégrante de notre gène humain. Ce n’est pas pour rien que les premiers hommes ont peint la grotte de Lascaux, nous avons besoin d’Art !

Pour quelles raisons vous êtes-vous expatriée ?

Après avoir ouvert plusieurs galeries en France. Nous nous sommes rendu compte que nous avions une clientèle internationale et surtout américaine. Moi-même ayant vécu plusieurs années aux Etats-Unis, ma mère et mon frère étant expatriés en Floride depuis 30 ans, nous avons tenté notre chance ! En ouvrant une première galerie à Naples en Floride puis à New-York il y a 10 ans maintenant. Nous avons eu la chance de rencontrer des artistes incroyables, une communauté française parmi la clientèle américaine très heureuse d’être initiée à des artistes européens également.ISABELLE-BARTOUX-portrait

En quoi la pratique de votre métier aux États-Unis est-elle différente de celle en France ?

La seule différence que je peux citer est la liberté totale des goûts et des couleurs. Les États-Unis et les Américains sont ouverts à tout type d’art et d’artistes. Les États-Unis ont une diversité intellectuelle incroyable et libre !

Est-ce difficile de se faire une place dans votre secteur aux États-Unis ?

Il n’est pas difficile je pense de se faire une place du moment où ce que nous proposons n’est pas une énorme surprise. Les clients américains connaissent déjà nos galeries à travers celles de Paris, Londres, Courchevel, Cannes, Megève, Monaco etc car ce sont des gens qui voyagent en Europe. Nous proposons majoritairement un style et des artistes européens, ce qui n’est pas fortement proposé dans d’autres galeries américaines. Sans oublier la French Touch… en matière d‘Art, de culture, les populations savent qu’elles peuvent nous faire confiance !

Quelle est votre plus belle rencontre aux États-Unis à ce jour ?

Ma rencontre avec Patrick Lachaussee, actuellement consul général de France à Genève, m’avait accueilli avec ma fille à l’ambassade de France à Washington.

Parmi vos différentes expériences d’expatriée, quelle est celle qui vous a le plus appris et pourquoi ?

Lorsque je suis arrivée à 18 ans aux États-Unis pour un stage dans une agence de voyage, j’ai pu voir la flexibilité des américains car de stagiaire, je suis devenue responsable, j’ai dû assumer la gestion de l’agence suite à la désertion du patron durant quelques mois. Rien n’a été plus formateur que cette expérience possible uniquement dans un pays comme celui-ci.

Qu’est ce qui vous plaît le plus aux États-Unis ? Qu’est ce qui vous plaît le moins ?

Un environnement et une société où tout est possible ou presque, le service y est très développé, le rêve américain ! En tant que française, ce qui me plaît le moins est la précarité du service social et les disparités qui y sont grandes. Également le système bancaire qui peut sembler incohérent pour un français où pour avoir un bon historique, il faut être endetté !

Vous êtes-vous facilement adaptée aux États-Unis ? (Relations sociales, nouvelles habitudes de vie…).

Oui, j’ai eu la chance de vivre entre les deux continents depuis mon adolescence. C’est un pays que je connais bien et que j’apprécie de plus en plus avec le temps.

Racontez-nous en quelques lignes votre journée typique.

Après deux cafés noir, je consulte mes emails puis je me rends à pieds à notre nouvelle galerie située dans le design district. Après un rapide coup d’œil dans la mise en place des œuvres d’arts et des nouveautés arrivées d’Europe , je rencontre quelques artistes et conseille quelques collectionneurs sur leurs coup de cœur. Le soir je vais aux différents évènements afin de rencontrer de nouveaux artistes et entretenir mon lien social à Miami.

Quels conseils donneriez-vous aux futurs francophones qui se lancent dans l’aventure aux États-Unis ?

De bien préparer son aventure et de bien se renseigner sur le système bancaire et le mode de vie comme pour toutes expatriations et bien anticiper son mode de vie tels que les choix des écoles, le système bancaire etc.

Quels sont vos projets et que pouvons-nous vous souhaiter ?

De promouvoir le talent de nos artistes au plus grand nombre à Miami et aux États-Unis.

Agrandir notre réseau de collectionneurs et d’artistes en faisant connaître notre maison française de galeries d’art à Miami, véritable poumon culturel de la côte est des États-Unis.

Contactez les Galeries Bartoux.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.