Bourbon & Branch, un bar secret à Tenderloin

Un bar à whisky datant de la Prohibition à San Francisco

Il a ouvert ses portes aux temps où toute vente d’alcool était proscrite. Le Bourbon & Branch, ce bar jadis hors-la loi du quartier de Tenderloin n’en a pas moins continué d’exister pendant la Prohibition et de servir depuis 1867, de nombreuses spécialités de whisky. Un flash back aux temps d’Eliot Ness et d’Al Capone.

 

Soyez vigilant et levez les yeux dans la rue car seul un panneau “Anti Saloon League” indique que c’est là. Pressez alors la sonnette de la porte en bois et murmurez le mot de passe (voir fin de l’article). A l’intérieur, un décor de cuir et de velours, de bois foncé, de lumières feutrées, et une ambiance douce avec des chuchotements comme si le lieu était encore clandestin, comme autrefois.

Pour l’amour du whisky

Bourbon & Branch revendique avec fierté son amour du whisky et son sens de la perfection pour le servir dans les règles de l’art. D’ailleurs, c’est écrit noir sur blanc dans le règlement intérieur du Bar : « Soyez patients, les cocktails demandent un travail intensif ». Ainsi, les glaçons sont spécifiquement conçus de grande taille pour refroidir l’alcool du verre, sans le diluer. De même, le barman pèle les oranges et les fait rôtir pendant quelques secondes avant de les plonger dans le cocktail… Des petites astuces, une mixologie élaborée et un savoir faire qui justifie sans doute le prix du verre : entre 12$ et 15$ la concoction.

Une librairie secrète dans un bar secret

Si vous voulez faire les choses bien et profiter du menu complet (Full Menu), réservez à l’avance votre venue chez Bourbon and Branch. A défaut vous pourrez toujours goûter à quelques échantillons de Malt, de Scotch et de Bourbon dans la librairie secrète qui se trouve derrière la porte de livres en trompe l’œil. Pour cela, il vous faut quand même un mot de passe… que vous trouverez sur
BourbonAndBranch.com

Bourbon & Branch

501 Jones Street

San Francisco, CA 94102


L’alcool tue lentement. On s’en fout. On n’est pas pressés.

Laisser un commentaire