Les Fort Worth Stockyards Tours

Un hymne à la vache et au Grand Ouest.

Connue comme la ville « où l’Ouest commence », Fort Worth évoque les éperons, les saloons enfumés et les chapeaux aux bords retroussés. L’industrie du bétail a su profiter à la ville, qui a connu des années de gloire vers 1860-1870. Fort Worth a pleinement conservé son côté cowboy, la preuve avec le Stockyards Historic Area.

Fort Worth Stockyards – Le parc à bestiaux qui a du chien

Fort Worth a toujours été un arrêt quasi obligatoire pour les routiers : la ville est située en plein sur la Piste Chisholm, par laquelle le bétail était acheminé des ranchs texans aux gares ferroviaires du Nord pour être dispatché vers le Kansas. Fort Worth représentait le seul point avant d’entrer en territoire indien et les routiers s’y arrêtaient pour se reposer et faire le plein. La ville a alors vu défiler entre 1866 et 1890 environ 4 millions de bétail, surnommée alors « Cowtown ».

Fort Worth s’est enfin équipée d’une voie ferrée en 1876, doublant son rôle sur le marché de la vache, et l’Union Stockyards faisait son apparition quelques années plus tard, avant d’ouvrir officiellement en 1889. Rapidement, la ville ne se contentait plus d’être une étape, et devenait un véritable centre commercial, et le « Livestock Exchange Building » était qualifié de Wall Street de l’ouest.

Le Fort Worth Stockyards est aujourd’hui une zone très vive et touristique et rappelle une époque où la ville s’était auto-proclamée « petite ville la plus riche des Etats-Unis ».

Les Fort Worth Stockyards Tours

Le tour vous emmène sur les traces des marchands de bestiaux, des cowboys et des célébrités de l’époque.

Découvrez alors Billy Bob’s Texas, le plus grand Honky Tonk du monde. Typique des états du sud ouest des Etats-Unis, ces bars musicaux ont par la suite donné leur nom à la musique de style country qui était jouée dans ce genre d’établissements. Billy Bob’s Texas accueille aujourd’hui des concerts, des groupes en live, donne des cours de danse et possède même une arène.
BillyBobsTexas.com

Le Cowtown Coliseum, une arène magnifique au décor historique, construite en 1908, ne reste ouverte pour les visites lorsqu’elle n’accueille pas de rodéos ou des concerts. C’est la première arène intérieure pour rodéo des Etats-Unis ; ces événements étaient habituellement organisés en extérieur.
StockyardsRodeo.com

Entre 2 visites, vous aurez sûrement l’occasion d’apercevoir des troupeaux sur le Fort Worth Herd, qui sont conduits sur le pavé 2 fois par jour (à 11h30 et à 16h). Les vaches de race Texas Longhorn, si reconnaissables à leurs longues cornes, sont alors calmement sorties au cours de ce « cattle drive » unique aux Etats-Unis.
FortWorth.com

Pour une plongée historique dans le monde des cowboys, le Texas Cowboy Hall of Fame rend hommage à plus de 7 cowboys et cowgirls, et tous ces texans qui ont excellé sur une selle et marqué l’histoire du rodéo. Le musée est ouvert tous les jours et vous abreuve de photos, de vidéos et de souvenirs retraçant les carrières et les grand moments de ces pros du lasso.
TexasCowboyHallOfFame.org

 

 

Cerise sur le troupeau, le Stockyards Hotel figure parmi les plus beaux bâtiments de ce quartier historique. Ouvert en 1907, l’hôtel récemment rénové possède toujours ce petit quelque chose western et a notamment accueilli Bonnie and Clyde.
StockyardsHotel.com

Pas très loin, les amateurs de country music peuvent s’arrêter à l’Ernest Tubb Record Shop, qui compile ce que la country a de meilleur à offrir depuis plus de 60 ans.

Infos pratiques

  • Tours guidés privés (entre 6 et 8$) où votre guide vous dévoile l’histoire du Fort Worth Stockyards à grands renforts de petits détails.
  • Des tours en groupe, sur réservation.
  • Le GPS Historical Walking Tour vous emmène dans les bottes de célébrités cowboy grâce à un tour virtuel depuis un GPS, où les légendes Bob Tallman et Pam Minick vous racontent des petites anecdotes et quelques histoires sur les lieux.

 12$ / Tours disponibles en français, espagnol, anglais, allemand ou japonais.

StockyardsStation.com

 

Il ne faut pas s’accroupir lorsque l’on porte des éperons.

Laisser un commentaire