Joe Axline et sa maison-avion à Brookshire

maison-avion-joe-axline-brookshire-texas-une2

Howdy, expatriée aux États-Unis, est notre blogueuse invitée et de talent. Le French District lui donne la parole.

Vous trouvez parfois que vous êtes devenus trop sérieux, englués dans la routine? Venez, je vais vous présenter l’homme qui vit dans son rêve d’enfant.

Joe et sa maison pas comme les autres

Joe, nous l’avons rencontré à la campagne, au bord de la route. Il tondait l’herbe devant chez lui. Nous nous sommes arrêtés pour lui parler, parce que sa “maison” nous paraissait bien étrange.

Comme il est très sympathique, il nous a immédiatement invités à visiter son habitation, nommée “Liberté”. Assurez vous que votre imagination est bien attachée, avec Joe, elle va décoller !

“Quand j’étais petit, dans les années 70, je regardais une série télé appelée “The Magician”. À la fin de chaque épisode, le héros rentrait en voiture à l’arrière de son avion qui s’envolait. Bien installé dans ma vie et dans mon boulot, j’ai toujours gardé cette image en tête. Et puis, en 2011, j’ai divorcé. J’en avais marre qu’on me dise quoi faire, comment le faire et quand le faire. C’était le moment de trouver mon avion.”

Deux avions aménagés, tout confort

Alors, Joe Axline a acheté un bout de terrain près d’un petit aérodrome privé. Puis non pas un mais…deux demi avions, un DC9 et un MD80 qu’il a fait acheminer depuis la Floride et l’Arkansas. Depuis il bâtit son projet, à son rythme, avec ses priorités et ses contraintes, mais toujours avec passion.

Et c’est magique d’écouter ses idées qui fusent, son énergie pour matérialiser son rêve. Maintenant, son Mac Donnel Douglas est aménagé “tout confort”, avec une parfaite isolation, l’air conditionné, 4 couchages, cuisine, coin bureau et même une grande terrasse pour recevoir les copains autour d’un barbecue!

Les coffres à bagages plantent toujours le décor et aucun voyant ne manque dans le cockpit du DC 9, mais il faut encore installer le home cinéma et la salle de musique, et transformer les ailes en passerelle, peindre une fresque luminescente sur la carlingue pour égayer la nuit…

Mais rien ne presse, la vie est belle quand on construit pas à pas son fantasme. Euh, à vrai dire, la seule qui a du trouver le temps vraiment très long c’est Sabrina, sa fille. La pauvre adolescente est restée sous la douche sans oser en sortir pendant nos…deux heures de visite!

Référence: Joe Axline, Project Freedom

Credit photo : michiganthum.com

Laisser un commentaire