Un conseil de pro de Johanna Kessler, Psychologue clinicienne et Psychothérapeute aux USA

Diplômée de Paris X et Schémathérapeute formée par l’International Society of Schema Therapy, Johanna Kessler propose des consultations en ligne afin de faciliter l’accès à la psychothérapie aux expatriés qui ne vivent plus en France ou loin des grandes villes. Cela permet également une continuité dans le suivi quand on change souvent de lieux de vie. Depuis quelques mois la question de rentrer vivre en France revient de plus en plus dans les consultations pour les expatriés français à l’étranger. Conseils, expériences et idées : Comment prendre une décision si importante?

Les changements que rencontrent les expatriés français au niveau politique, la pandémie, les émeutes mais aussi le changement des propres valeurs ou priorités peut amener à une remise en question du choix du lieu de vie. Ne plus se sentir en accord avec ses valeurs personnelles peut entraîner une importante insatisfaction et des frustrations. Souvent les raisons restent d’abord inaperçues, c’est-à-dire on se rend peut-être compte que l’on est moins heureux sans forcément avoir une visibilité sur le pourquoi.

La liste des valeurs

Alors on peut déjà commencer par établir une liste de ses valeurs (entre 8 et 15 environ) et faire un état des lieux :

  • A combien on se sent en accord avec telle et telle valeur actuellement ?
  • Pourquoi se sent-on loin d’une valeur et plus proche d’une autre ?
  • Qu’est-ce que l’on pourrait changer pour se sentir plus en accord avec ses valeurs personnelles ?

Un exercice qui a aidé un client, expatrié à l’étranger, à réaliser que la valeur de la « famille » avait gagné en importance et que celle de l' »aventure » en avait perdu. L’envie de se sentir plus proche de sa famille l’a finalement poussé à repartir vivre en France.

Les autres changements et scénarios que traversent les expatriés français

Autre scénario : Certains peuvent avoir l’impression que « rentrer » en France serait un échec, alors retourner devient impensable. On peut déjà reformuler cette pensée, on le voyant comme une nouvelle étape de sa vie, que l’on ne retourne pas mais que l’on commence un nouveau chapitre dans sa vie. Ce n’est donc pas un retour en arrière.

D’autres questionnements comme : le choix définitif car on ne peut plus revenir, une partie de la famille qui veut rester, les amis sur place, les opportunités professionnelles, la qualité de vie, l’âge, la retraite, l’arrivé d’un enfant etc. peuvent également rendre la prise de décision difficile. S’autoriser à le penser est déjà la première étape à une forme de réponse. Puis, on regarde de plus près ce qui fait le plus de sens pour la personne en fonction de ses propres Valeurs.

Laisser un commentaire