Bienvenue à Houston

houston-decouvrir-supermarches-condos-americains-une

Howdy, expatriée aux États-Unis, est notre blogueuse invitée et de talent. Le French District lui donne la parole.

Houston, une semaine après l’arrivée, Houston a l’air sympa, je m’aventure progressivement de plus en plus loin avec ma jolie petite Chevrolet bleue. Merci mon fils qui m’a appris sur Skype depuis l’Asie à utiliser un smartphone comme GPS. Parce que, bizarrement, ma merveilleuse voiture américaine n’en est pas équipée: Sans cet astucieux dispositif, je serais toujours en train de pleurer au bord de la route.

Hier, j’ai enfin osé prendre le périphérique jusqu’au supermarché pour commencer les premiers achats de survie et dénicher les choses basiques qui manquent dans notre pourtant très chic appartement meublé. Eh bien, ce n’est pas si évident que ça.

La découverte des supermarchés américains

Dans les magasins, on trouve par exemple des kilomètres (j’hésite encore à compter en miles, il va pourtant falloir s’y résoudre) de rideaux de douche. Les mœurs locales semblent en imposer deux superposés, un moche en plastique pour protéger, un joli (ou pas) en tissu pour faire cosy. On y trouve aussi facilement des cintres spéciaux pour suspendre aisément ses 25 casquettes dans l’armoire, ou encore des protections isothermes conçues uniquement pour les verres à pieds.

Mais récupérer une basique machine à Expresso, celle qui va bien pour mes petites dosettes chéries, ou une centrale à vapeur, ou un tout bête étendoir à linge, là c’est un vrai parcours du combattant…Mais comme chacun sait, je suis tenace… Ah ah!

Côté épicerie, “oh my God” je suis perdue! Les portions alimentaires sont à proprement parler hallucinantes, chacune nourrirait à elle seule une famille nombreuse ou recomposée toute entière…Comment diable font donc les célibataires américains?

Dans les boutiques, tout ce qui est chic et cher est “organic” (Bio). Tout, même les taies d’oreillers! Pour autant, le développement durable n’est vraiment pas dans les mœurs : Lors des passages en caisses, face aux monceaux de sacs plastiques, je fais carrément figure d’extraterrestre avec mes mignons petits cabas en tissu recyclables, pourtant usuels à Paris.

Les condos américains

Ah, d’ailleurs, en parlant d’extraterrestre, on a découvert l’air très bizarre des aspirateurs américains et la fonction broyeur dans l’évier. (On a une gigantesque poubelle, que doit on broyer?). Notre résidence est vraiment très luxueuse, avec des prestations d’hôtel 5 étoiles , c’est un “High Rise Condo with all amenities” comme on dit ici : Les services proposent même des extensions de cils…On se rassure je ne vais pas essayer, mais visiblement la concierge l’a fait.

Et si on saute de notre balcon (Euh, non finalement) on atterrit sur le golf. Généralement, la vue panoramique est sublime…Malheureusement ce matin, on est dans un brouillard à couper au couteau. Et pour l’instant il me manque encore quelques voisines sympas. Après un début de socialisation réussi à la salle de gym, j’attends impatiemment ma machine à expresso pour papoter plus agréablement qu’autour d’un café Starbucks en lessiveuse pourtant généreusement offert par la résidence.

Le concierge semble en tous cas très prévenant, le portier et les employés des grandes surfaces aussi: On vous demande tellement, mais…tellement “How are you Maaaamm?” et si vous avez besoin de quelque chose, qu’hier j’ai fini par me demander si je n’avais pas un peu l’air malade, mais c’est paraît il juste la politesse ici.

Laisser un commentaire