Shelter in Place – Un reportage photographique de Tamara Gillon

©TamaraGillon-05-edF

Pour la photographe Tamara Gillon qui travaille à New York et à Princeton/NJ où elle réside, la crise du Covid-19 et le confinement imposé ont été source de créativité avec la production d’une nouvelle série de clichés tout en sensibilité et en finesse qui viennent en soutien d’une belle initiative caritative locale.

Tamara Gillon s’est associée dès le début de la crise aux photographes du « Front Porch Project », projet national qui consiste à photographier bénévolement les familles sur le pas de leur porte en échange de donations à des associations caritatives.

Tamara a décidé de travailler au bénéfice de Share My Meals, une organisation locale qui lui tient fort à cœur et qui distribue gratuitement des repas à des familles de la région de Princeton vivant dans la précarité.

« Je souhaite vraiment que mes clients, avec les souvenirs heureux que je leur donne, contribuent à aider des familles dans le besoin afin de leur redonner le sourire. »

Share My Meals qui en temps normal distribue des repas récupérés dans les cafétérias d’entreprises ou de l’université de Princeton, a eu besoin au moment de la fermeture de celles-ci d’aides financières extérieures pour continuer son activité. Les écoles publiques étant fermées, les enfants n’ont plus eu accès au repas fournis quotidiennement. De plus, la plupart de ces familles (majoritairement hispaniques et afro-américaines) vivaient de petits salaires, souvent même de plusieurs petits jobs que le confinement a suspendus. Share My Meals qui avait démarré son activité en janvier 2020 avec 15 familles a en 3 mois distribué plus de 16,000 repas aux 72 familles participant au programme.

La crise et le confinement ont inspiré une nouvelle série à la photographe : celle de portraits au travers de fenêtres.

«J’ai trouvé très beau, poétique et même mystérieux les reflets dans la vitre. Et le projet « Front Porch » est devenu ainsi le projet « Through the Window ». Je cherchais à y montrer les reflets du monde extérieur. Les reflets me fascinent, ils ont tellement de choses à raconter. Cette série de portraits représente comment les familles dans mon quartier et alentours vivent le confinement. Pour marquer davantage les émotions et cette période très particulière, j’ai fait le choix de montrer ces images en noir et blanc pour y rajouter une touche d’intemporalité.»

L’œil de la caméra se pose sur la vitre, et la traverse pour rejoindre des instants d’intimité familiale. Une vitre qui protège contre les agressions extérieures ou qui permet par le regard de quitter son cocon douillet pour aller rejoindre celles et ceux dont les carreaux sont brisés?

Bravo à Tamara Gillon pour cette belle démarche !

Regarder l’ensemble de sa série photo

Laisser un commentaire