Quoi, comment, pour qui, quand, et beaucoup plus encore…

Vous qui préparez votre voyage aux États-Unis, avant la valise, avant la réservation de l’hôtel, vous devez obligatoirement passer par la case ESTA. Mis en place et effectif depuis le 1er janvier 2009, ce système électronique d’autorisation de voyage (ESTA – Electronic System of Travel Authorization) aide à déterminer l’admissibilité d’une personne à voyager aux États-Unis dans le cadre du programme Visa Waiver (VWP). Il sert également à vérifier si ce voyage pose un risque pour la sécurité du pays ou pour l’application de la loi. En pratique, cette démarche n’est parfois pas aussi simple et des imprévus et situations particulières peuvent survenir. Alors, vous connaissez le proverbe, mieux vaut prévenir… que rester sur le tarmac.

1/ L’ESTA, c’est pour quels pays ?

Sur les 197 pays du monde actuels, il existe à ce jour seulement 37 pays signataires du Programme d’Exemption de Visa (VWP – Visa Waiver Program), dont la France. Les voyageurs de ces pays peuvent venir aux États-Unis pour des raisons professionnelles ou touristiques pendant 90 jours maximum, par le biais d’une démarche simplifiée. Pour les autres, pas le choix, il leur faut demander un visa, même pour une séjour extrêmement court. Dans tous les cas, la demande s’anticipe pour  préparer au mieux votre voyage aux Etats-Unis et ne pas rester à terre.

2/ Qui doit remplir l’ESTA ?

Tous les ressortissants ou citoyens des pays VWP éligibles qui envisagent de se rendre aux États-Unis pour des affaires ou des loisirs de manière temporaire dans le cadre de VWP doivent recevoir une autorisation par ESTA avant de monter à bord d’un avion ou d’un navire à destination des États-Unis (c’est à dire les États-Unis continentaux, l’Alaska, Hawaii, Porto Rico, Guam, les îles Vierges américaines et le Commonwealth des Îles Mariannes du Nord).

Le voyageur doit fournir, en anglais, des données biographiques comprenant son nom, sa date de naissance et son passeport. Le voyageur doit également répondre aux questions d’éligibilité au programme VWP concernant les maladies transmissibles, les arrestations et les condamnations pour certains crimes, les antécédents de révocation ou d’expulsion de visas et d’autres questions. Le voyageur aura également besoin des informations de sa carte de crédit pour payer les frais correspondants afin de remplir la demande ESTA.

3/ Le prix de l’ESTA

Depuis septembre 2010, le département américain de la Sécurité intérieure demande 14 $ US pour une application ESTA. Les voyageurs de pays éligibles au programme de dispense de visa sont tenus de payer ces frais ESTA pour chaque demande.

Les frais ne sont pas facturés par inscription, mais par application ESTA. Les coûts restent les mêmes pour les enfants, les étudiants, les retraités, etc. Ce montant doit être payé et ne dépend pas de la situation financière du demandeur. Il n’y a pas non plus de rabais pour les applications de groupe, ni de coupons de réductions.

4/ L’ESTA est-il nécessaire en cas de simple transit aux États-Unis ?

Si un voyageur envisage uniquement de transiter par les États-Unis pour se rendre dans un autre pays, il remplit la demande ESTA et inscrit les mots “En transit” et sa destination finale dans les lignes d’adresse sous l’en-tête “Adresse pendant le séjour aux États-Unis.”

5/ L’ESTA et les délais

Bien qu’il soit recommandé de faire votre demande au moins 72 heures avant le voyage, le voyageur peut y procéder à tout moment avant l’embarquement. Dans l’immense majorité des cas, l’autorisation est reçue quelques secondes après le remplissage du formulaire en ligne.

Tout voyageur qui n’aurait pas son autorisation ESTA encourt le risque de se voir refusé à l’embarquement. La situation est évaluée au cas par cas par les agents CBP (Custom Border Protection).

6/ Combien de temps l’ESTA est-il valide ?

Chaque demande ESTA approuvée est généralement valable deux ans et autorise de multiples visites aux États-Unis au cours de cette période sans qu’il soit nécessaire de demander une autre autorisation ESTA. Les voyageurs dont le passeport expire dans moins de deux ans recevront un ESTA valable jusqu’à la date d’expiration du passeport.

Une nouvelle autorisation de voyage est requise si: (1) un nouveau passeport est délivré au voyageur; (2) le voyageur change de nom; (3) le voyageur change de sexe; (4) le pays de citoyenneté du voyageur change.

7/ L’ESTA, l’avoir avec soi, ou pas ?

La Division of Homeland and Security communique le statut ESTA du voyageur aux transporteurs et compagnies aériennes. Cependant, le DHS recommande aux voyageurs d’imprimer la réponse de la demande ESTA afin de confirmer leur statut lors de l’embarquement.

8/ Refus d’autorisation ESTA

L’autorisation ESTA est accordée en quelques secondes et dans l’immense majorité des cas. Pourtant, votre ESTA vous sera refusé notamment si :

  • Lors d’une précédente visite aux États-Unis, vous êtes resté sur le territoire américain au-delà du temps alloué par votre visa ou votre ESTA
  • Lors d’une précédente visite aux États-Unis, vous n’aviez pas le visa approprié pour travailler légalement
  • Vous avez déjà fait une demande de visa ou d’exemption de visa et vous êtes vu refuser l’entrée aux États-Unis.
  • Les réponses que vous avez fournies dans votre formulaire de demande ESTA étaient incorrectes, une fois recoupées avec les systèmes du gouvernement américain.
  • Vous avez fourni les détails du passeport d’un passeport que vous avez prétendu avoir perdu ou qui vous a été volé, alors que vous étiez encore en votre possession.
  • Vous avez un casier judiciaire et il a été établi que vous avez un historique de condamnation.

9/ Quels sont les recours en cas de refus d’ESTA ?

ESTA a débuté en 2009 et les normes de contrôle sont devenues beaucoup plus strictes, en partie à cause des incidents terroristes survenus dans le monde. En outre, en 2016, des questions ont été ajoutées au formulaire ESTA. En conséquence, le nombre de voyageurs dont les demandes ESTA se voient attribuer le statut «Voyage non autorisé» a tendance à augmenter. Il faut savoir que les ambassades et les consulats des États-Unis ne sont pas en mesure de fournir des détails sur les refus ESTA ni de résoudre le problème à l’origine du refus ESTA. Alors, que faire ?
Il est toujours possible de demander un visa B1/B2 en remplissant un formulaire DS – 160 sur le site de l’ambassade et prendre rendez-vous pour une interview.

10/ L’ESTA et votre vie privée

Les informations soumises par les demandeurs via le site ESTA sont soumises à des dispositions et contrôles de confidentialité stricts. L’accès à ces informations est limité aux personnes ayant un besoin professionnel de renseignement. Le site ESTA est exploité par le gouvernement des États-Unis et utilise une technologie pour empêcher tout accès non autorisé aux informations saisies et visualisées. Les informations sont protégées et régies par les lois et réglementations américaines, y compris, sans toutefois s’y limiter, la Federal Information Security Management Act.

Vous avez besoin d’un visa, d’un conseil pour immigrer aux États-Unis ?
Écrivez-nous !

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Laisser un commentaire